A bien regarder ces deux mondes, il serait difficile de trouver des points communs entre l’entreprise et le sport. La première est par essence un lieu où le travail prédomine et où l’activité de chacun, qui demande des efforts et est souvent associée à des contraintes, doit générer des profits afin que l’existence de l’entreprise perdure. De son côté, le sport est considéré comme une activité libre, que l’on fait par plaisir et qui ne procure pas (forcément) de revenus, à moins que sa pratique s’effectue à un certain niveau. A l’origine, les activités sportives servaient même à l’aristocratie anglaise pour faire corps et se démarquer des autres classes prolétaires. Rien ne semble donc rapprocher ces deux mondes.
 


 

DEUX MONDES INTRINSEQUEMENT DIFFERENTS, QUI SE RAPPPROCHENT...



Pourtant de nos jours, le sport a intégré le monde de l’entreprise sous différents aspects : mécénat, sponsoring, via le comité d’entreprise ou encore les équipes créées sous son étendard. Ainsi la Fédération Française du sport en Entreprises (FFSE) revendique aujourd’hui 30 000 licenciés, dont 1500 sont attendus pour représenter la France aux prochains Jeux Européens d’Eté du Sport d’Entreprise (Riccione). L’an passé, 3500 avaient participé à l’édition nationale à Biarritz.

Ces deux mondes se sont donc rapprochés durant ces dernières décennies, grâce aux interventions du secteur public et notamment les différents Ministères des Sports successifs, qui organisent chaque année, depuis 2000, une journée nationale des clubs et du sport d’entreprise. D’autres acteurs permettent cette relation : les organisations patronales (MEDEF) et syndicales (CGT, FO…), toutes les Fédérations sportives et le Comité Nationale Olympique Français (CNOSF), et d’autres structures privées (agences événementielles, gestionnaires d’équipements sportifs, coachs sportifs et autres prestataires autour de la santé).

Au delà d’associer le sport à des valeurs qui font partie de leur culture et qu’elles souhaitent mettre en avant via des actions de sponsoring, nombre d’entreprises organisent aussi leur propre événement sportif, ou font intervenir des coachs sportifs. A l’aide de ces intervenants, elles souhaitent que chaque collaborateur révèle ses talents, en utilisant notamment un vocabulaire très emprunté au monde du sport. Certaines, souvent de taille plus importante, disposent de moyens conséquents pour mettre leurs collaborateurs dans les meilleures dispositions pour la pratique sportive, avec la fourniture de matériel ou l’élaboration de locaux dédiés.

Les entreprises ont bien intégré l’avantage qu’elles pouvaient tirer à faire profiter à leurs collaborateurs de ces moyens sportifs, dans un souci de recherche permanente de la performance, et pour améliorer leur bien-être. Denis Masseglia, président du CNOSF, rappelle souvent (1) « qu’une activité sportive régulière génère moins de stress et moins d’absentéisme. Elle permet aussi de lutter contre les TMS ou autres troubles liés à un travail trop sédentaire : autant de difficultés auxquelles sont confrontés les DRH ». Désormais l’offre sportive proposée par les entreprises peut être considérée comme un produit d’appel pour attirer les collaborateurs.

 


 

LA RENCONTRE DU SPORT ET DE L'ENTREPRISE



« Le sport peut redon­ner une dimen­sion humaine à l’entre­prise. On sait à quel point la mul­ti­pli­ca­tion des process et la logi­que finan­cière peu­vent deve­nir déshu­ma­ni­sants ». David Douillet (2), alors Ministre des Sports, avait bien résumé l’intérêt du sport pour l’entreprise et ce qu’elle peut lui apporter en général, et via les sportifs de haut niveau en particulier, en pointant du doigt leurs zones d’incompréhension. « L’entreprise aime le sport sans le connaitre ou le reconnaitre suffisamment. L’inverse est tout aussi vrai. J’ai été témoin d’incompréhensions entre ces deux univers. L’athlète de haut niveau peut apporter énormément à l’univers de l’entreprise. Notamment par les valeurs qu’’il véhicule à travers sa discipline. C’est une matière première excellente pour l’entreprise, pour autant qu’elle sache la décrypter et qu’un véritable dialogue s’installe. » (3). Nous n’oublierons pas non plus que le sportif collaborateur est également une des richesses de l’entreprise.

Le sport apporte donc beaucoup à l’entreprise, notamment en améliorant le bien-être du salarié mais aussi en termes de management des équipes.


A l’inverse, le monde de l’entreprise peut-il apporter quelque chose au sport ? Qu’est-il possible de transposer au monde du sport ?

Marie-Line Ressiguier, présidente de l’association sportive Gerfauts de Montauban et de l’entreprise Altera Consulting, connaît ainsi ces « deux mondes complémentaires. L’entreprise a les personnes et le sport les cherche ; elle a l’argent et les associations en cherchent ; le sport à travers son œil extérieur va pouvoir amener aux collaborateurs de l’entreprise un meilleur confort de travail, la capacité à se structurer, un cadre, et l’apport de valeurs. »

« Il faudrait que d’anciens dirigeants à la retraite puissent s’investir dans le monde du sport. Certains qui sont en poste le font mais lorsque nous sommes chef d’entreprise, nous sommes pris par l’implication et le temps que nous demande cette fonction. C’est compliqué mais nécessaire ; beaucoup de structures sportives manquent d’outils, de process et s’écroulent lorsque leur président part car elles reposent trop sur une seule personne », explique la dirigeante, mettant en avant le manque de structure de certaines entités sportives. « Faire un budget prévisionnel, être simplement président d’association, cela ne s’apprend pas comme cela. Il faudrait des documents très simples qui puissent aider les personnes désireuses de monter une structure », suggère-t-elle.

Et en terme de management, d’organisation ; qu’aurait l’entreprise à transmettre ?

« La hiérarchie d’entreprise est difficilement applicable dans le monde associatif. Le Président d’association se trouve en haut mais il doit juste trancher, naviguer ou donner une tonalité. Le chef d’entreprise est là pour déployer des stratégies ; il n’y a pour l’instant pas de demi-mesure en entreprise pour le moment », pense Marie-Line Ressiguier. Pourtant elle estime que cette différence devrait s’estomper entre les deux : « Normalement, rien ne devrait être différent entre le club et l’entreprise », assure-t-elle en prenant exemple sur le management libéré qu’elle préconise désormais dans son club. « Il faut permettre aux collaborateurs, comme aux bénévoles de réfléchir à ce qui se passe autour d’eux et de donner sens à ce qu’ils font. Les responsabiliser, c’est déjà un premier pas », citant nos cousins outre-Atlantique : « Au Canada, quand tu es responsable, cela ne veut pas dire que tu es coupable mais que tu es habilité à trouver des réponses ! ».

Ainsi l’Entreprise et le Sport, intrinsèquement opposés par nature, ont trouvé des points d’accroche. Les passerelles sont nombreuses et leurs bienfaits profitent aux deux entités même si, pour le moment, l’Entreprise semble plus s’inspirer de l’aura et des vertus du sport. Il ne s’agit plus seulement de parler de « Sport en Entreprise » mais de « Sport & Entreprise » car le cadre de leur liaison dépasse les murs de cette dernière. Ensemble, elles devront également responsabiliser leurs collaborateurs afin de relever les défis qui se dressent devant elles.

 


Références
(1)  Les Echos, Le Sport en entreprise, un enjeu de performance sociale et économique, 25/04/2014
(2) David Douillet, Convention internationale Sports et Entreprise à Clermont-Ferrand, le 04/11/11
(3)  David Douillet, Le Monde, 05/11/11
 


SOYONS CONNECTES

Web : www.wesportyou.fr
Twitter : @WeSportYou - LinkedIn : Rencontres Sport & Entreprises - Facebook : WeSportYou