Digital RH : une opposition de styles ? Quelle place pour le Sport ?

 

Au commencement, ce papier était un affrontement ! Celui de deux mondes que nous estimions voir s’opposer, le digital et l’humain. Nous pensions que le premier prenait le lead sur le second, sans aucune pitié, qu’il déshumanisait l’entreprise. Nous voyions la multiplication des écrans et services digitaux comme autant de points de rupture entre les hommes.

Nous tracions le parcours du collaborateur dans l’entreprise et remarquions que désormais les recrutements s’effectuaient de manière impersonnelle, via des outils de présélection froids ; que la formation se déroulait à travers des sessions isolantes d’e-learning ; que le télétravail, sous couvert de faciliter la vie du collaborateur, l’isolait de son équipe ; que la multiplication des messages par mail favorisait le stress des destinataires.
Nous continuions à observer que le vendeur d’une boutique physique mettait des distances avec son interlocuteur en s’appuyant sur une tablette – lorsqu’il y avait encore un vendeur – ; que le service relations clients se cachait désormais derrière des tweets. Que dire des journaux internes digitalisés et expédiés par e-mailing ?

Nous pensions donc écrire un article intitulé « RH vs digital » ! Mais au fil de notre réflexion, nous avons changé d’avis. Certes, les outils digitaux créent des espaces entre les hommes, un infime intermédiaire qui vient prendre une place et compliquer pour certains la connexion entre les acteurs au sein d’une entreprise. Mais il faut reconnaître qu’il ne s’agit que d’un outil et en tant que tel, il ne peut exister seul. A l’homme de l’apprivoiser, au collaborateur de s’en emparer et de le maîtriser, aux managers et à la direction d’aider le collaborateur à aborder le virage numérique.

A reprendre le trajet du collaborateur, nous pourrions remarquer que le candidat peut s’entraîner à répondre à des questionnaires oraux de recrutement tout comme il a appris à mettre en page et en ligne son CV ; que la formation s’articulera toujours entre un apprenant et un formateur et que les modèles d’e-learning proposent désormais l’apprentissage en communauté ; que le télétravail n’empêche finalement pas les points physiques par la suite au sein d’un département.
Continuons et notons que la relation clients virtuelle avec Stéphanie via le Tchat ou par twitter, amène une autre communication moins formelle (et plus proche au final ?), et que je peux enfin disposer de mon exemplaire du journal interne plutôt que de le voir errer sur le présentoir du hall d’accueil.

Alors oui, on insère un médium entre les personnes dans l’entreprise mais celui-ci nous met également en relation avec d’autres acteurs. Le digital est un facilitateur paradoxal, pourrions-nous dire.

Et nous voulions lui opposer les relations humaines ? Celles-ci peuvent s’exprimer à travers les projets que les organisations mettent en place en son seinLe sport peut y contribuer et surtout accélérer l’engagement et la performance des équipes. Pas d’intermédiaire, un seul lieu, le terrain. C’est là, ensemble, que les collaborateurs établissent des stratégies pour aller au delà d’eux-mêmes. C’est dans le stade, sur le bitume, au travers des sentiers, à bord d’embarcations ou sur les pentes des montagnes, que les équipes se rapprochent et construisent leurs succès.

En tant que managers, vous pouvez faciliter leur intégration, leur parcours, leur métier, leur communication par le digital. Le sport et les projets fédérateurs qui ont du sens vous permettront d’un autre côté, d’en faire de véritables ambassadeurs. Ces leviers serviront d’accélérateur de performance dans l’entreprise. Nous souhaitions opposer deux notions que nous estimions incompatibles ; au final, elles deviennent pour vous et vos collaborateurs, complémentaires ! Ne privilégiez pas la première au détriment de la seconde !

 

 

  SOYONS CONNECTES

Parlons-en : +33 (0) 7 86 78 65 16 – contact@wesportyou.fr
Web : www.wesportyou.fr 
Twitter : @WeSportYou – LinkedIn We Sport You – Facebook : WeSportYou – Google + : WeSportYou – Instagram : WeSportYou
Nos événements « Sport & Entreprises »
  : WeSportYou

=> Retrouvez la Touch’ We Sport You

Citoyennes & Citoyens, passez de l’Homo Economicus à l’Homo Joyus !

La Fabrique Spinoza lance l’Indicateur trimestriel du  des Français 
Citoyennes & Citoyens, soutenez ce projet car c’est aussi et surtout le vôtre > https://www.bulbintown.com/projects/l-indicateur-trimestriel-du-bonheur-des-francais

 

  SOYONS CONNECTES

Parlons-en : +33 (0) 7 86 78 65 16 – contact@wesportyou.fr
Web : www.wesportyou.fr 
Twitter : @WeSportYou – LinkedIn We Sport You – Facebook : WeSportYou – Google + : WeSportYou – Instagram : WeSportYou
Nos événements « Sport & Entreprises »
  : WeSportYou

=> Retrouvez la Touch’ We Sport You

,

Sport & Recrutement

Suite de notre série découverte « Sport et Entreprise »

 

=> Marjory Malbert fondatrice de l’agence We Sport You, une agence de conseil en stratégie « Sport & Entreprise » nous éclaire sur l’apport du sport au monde de l’entreprise. Après nous avoir expliqué dans le précédent épisode (accès à l’article ici) en quoi le sport peut être un outil RH, elle nous décrit plus précisément les apports du sport dans le recrutement.

Apent : Marjory Malbert, vous nous avez présenté précédemment votre approche intégrée et ancrée dans le long terme du sport en entreprise. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Marjory Malbert : Comme je vous l’ai dit, le sport est un outil RH intelligent. On peut travailler sur toute la supply chain RH du collaborateur avec les valeurs et les enseignements du sport dès le recrutement. Les responsables RH embauchent plus des individualités qu’un collectif

 

A : Le recrutement ? Qu’apporte le sport au recrutement ?

M.M. : Par exemple, on parle beaucoup de cohésion dans les équipes, voire d’intelligence collective, mais l’entreprise ne recrute pas forcement des personnes qui portent ces valeurs. Il faut réfléchir aux besoins du poste, oui, mais surtout aux « puzzles humains » à mettre en place. Pour améliorer les relations humaines en entreprise et la performance collective, il faut commencer par intégrer ces valeurs dès le recrutement. Dès la rédaction des offres, il faut inclure des critères de savoir-être permettant de construire des équipes.

 

A : Mais quel rapport avec le sport ?

M.M. : Il est simple. Le sport permet le développement du savoir-être et de fait améliore la connaissance et la collaboration entre les salariés. Posez-vous les questions suivantes : « Que peut apporter un Sportif de Haut Niveau à une entreprise ? » Pourquoi ne pas capitaliser sur un candidat qui occupe un poste de dirigeant ou de bénévole dans une association sportive ? Comment ce dernier peut-il le retranscrire dans son CV ou dans son entreprise afin de mettre ses compétences et ses valeurs au service de l’entreprise ? Le recruteur, s’il veut favoriser dans son entreprise la cohésion d’équipe, doit donc davantage s’intéresser aux personnes qui ont une activité sportive, associative ou artistique. C’est ce qu’on appelle le CV Citoyen. L’idée est de mettre au même niveau les expériences extra-professionnelles que le parcours professionnel. Ces personnes mettront ainsi leur esprit d’équipe, leur sens du collectif et de l’organisation au service de l’entreprise. L’enjeu est de constituer une équipe qui va monter en compétences ensemble.

 

A : Cette approche n’est-elle pas loin des réalités de l’entreprise qui doit avant tout être performante ?

M.M. : Même si un individu n’a pas le profil type, il va pouvoir capitaliser sur les compétences inter-personnelles et le savoir-être acquis pour être performant dans l’entreprise. L’enjeu est de constituer une équipe qui va monter en compétences ensemble.Lorsque les collaborateurs s’investissent collectivement, l’entreprise atteint des performances plus importantes que la somme des performances individuelles.

 

 

  SOYONS CONNECTES

Parlons-en : +33 (0) 7 86 78 65 16 – contact@wesportyou.fr
Web : www.wesportyou.fr 
Twitter : @WeSportYou – LinkedIn We Sport You – Facebook : WeSportYou – Google + : WeSportYou – Instagram : WeSportYou
Nos événements « Sport & Entreprises »
  : WeSportYou

=> Retrouvez la Touch’ We Sport You

,

De l’école à l’entreprise, il n’y a qu’un projet !

Les maitres mots #Décloisonnement #Entrepreneuriat #Innovation #Pédagogie #Formation #Expériences #Diversité #CvCitoyen #Expo2025


Après avoir exprimé son désir d’accueillir l’Expo Universelle 2025 à l’été 2015, EXPOFRANCE 2025, dirigée par le député maire Jean-Christophe Fromantin, s’est lancée dans la conquête des parties prenantes. La jeunesse étudiante a ainsi été mise à contribution pour plancher sur différentes problématiques. L’occasion pour certaines écoles de saisir la balle au bond et proposer une expérience concrète que les étudiants ont pu vivre comme une aventure entrepreneuriale.

 

Paris sera toujours Paris ! Et bien plus encore.
Avec la possibilité d’accueillir les Jeux Olympiques en 2024, la capitale française s’est positionnée depuis Juillet 2015 pour accueillir l’Exposition Universelle 2025. EXPOFRANCE 2025, créée par Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly, est un mouvement chargé de promouvoir le projet de candidature de la France.

EXPOFRANCE 2025 a déjà impliqué les différentes parties prenantes et s’est attaché à prendre en compte la jeunesse en contactant notamment six grandes écoles parisiennes associées à des écoles de région pour travailler sur les problématiques majeures d’un tel événement : Stratégie générale et communication / Modèle économique Budget Financements / Accueil Hébergement / Territoire de l’Exposition Urbanisme / Mobilités / Pavillons et Patrimoine.

Sébastien Eyrignoux, étudiant ingénieur à Arts & Métiers ParisTech (ENSAM), a ainsi eu l’occasion de travailler pendant six mois sur le thème de la mobilité, un sujet au cœur d’une Exposition Universelle multi-sites. Son groupe de travail a eu pour objectif d’envisager la diversité des mobilités possibles pour les dizaines de millions de visiteurs attendus pendant les six mois de l’Exposition Universelle, et organiser les flux de visiteurs entre les différents sites d’exposition et territoires de projet (le Paris des Expositions Universelles passées, le Grand Paris, les métropoles régionales et la sphère numérique).

Ce travail à plusieurs mains fut une expérience enrichissante pour Sébastien. « En école d’ingénieur, nous ne travaillons quasiment jamais avec des étudiants d’autres formations : j’ai voulu suivre ma formation au Centre Michel Serres pour comprendre comment d’autres étudiants pouvaient travailler et apprendre à leurs côtés ». Cette pédagogie lui a permis d’appréhender des projets sous un jour nouveau, en incorporant d’autres manières de travailler. « J’ai aussi beaucoup appris auprès d’étudiants en design ou en architecture par exemple, sur des connaissances qui ne sont pas enseignées en école d’ingénieur ».

 


UN PROJET SEMI-PROFESSIONNALISANT


Le Centre Michel Serres, qui propose des formations master et post-master en innovation multidisciplinaire, s’est vu confié la thématique des « Mobilités » et ses étudiants, en collaboration avec ceux de l’ENSAM Bordeaux, de l’ENS Architecture de Bordeaux, et de l’Ecole d’Enseignement Supérieur  d’Art de Bordeaux (EBABX) ont travaillé le thème autour de quatre concepts de la mobilité : la « flânerie », la « nuit », le « sans-couture » et le « visiteur-acteur ».

Pendant six mois, les étudiants ont uniquement travaillé sur ce projet. L’hétérogénéité et la mixité des étudiants composants les différents groupes de travail ont favorisé l’émergence d’un esprit entrepreneurial. « Grâce à de multiples rencontres, à des conférences et surtout grâce à nos formations différentes, nous avons interprété le thème à notre manière. L’objet d’étude n’a plus été le transport, mais la manière dont les gens se déplaceront dans cette Exposition Universelle », assure Sébastien.

Au cours de leurs recherches, les étudiants ont rencontré beaucoup d’acteurs différents de la mobilité, dans un cadre laissant libre cours à l’autonomie. « C’était un projet semi-professionnalisant, éloigné des standards habituels des écoles, sans emploi du temps fixe et avec seulement quelques dates jalons assez éloignées les unes des autres. Un peu déroutant au début, cette liberté d’action a forcé le groupe à se construire et à inciter chacun à donner le meilleur de lui-même », raconte l’ingénieur. « Les étudiants qui n’ont pas suivi ce cursus ont été assez intrigués par cette pédagogie, mais ils en ont compris l’objectif et y adhèrent désormais », explique-t-il.

Agissant comme un véritable cabinet de consultants, le groupe de travail a achevé son étude par une présentation d’une quarantaine de minutes lors du grand oral d’EXPOFRANCE 2025 fin janvier. Les orateurs souhaitent désormais « pérenniser leur travail. Nous finalisons actuellement la rédaction d’un livre qui reprend les grands principes du projet ». Ils veulent poursuivre l’aventure et mobiliser les français (jeunes et moins jeunes) autour du projet d’Exposition Universelle. Ils ont ainsi créé « Labo 2025 », une association « pour apporter des idées innovantes au projet de candidature et être acteurs du mouvement de soutien », et dont Sébastien fait bien entendu partie.

 


DU PROJET AU LABO


 

« Concrètement, nous avons actuellement une dizaine de projets en route, dont deux se sont déjà concrétisés. Le premier, les flâneries urbaines, sont des immersions dans le Paris des Expositions Universelles. Elles permettent à tous de comprendre l’importance de ces événements pour Paris. Cela participe à une pédagogie et une communication du projet et de ses bénéfices auprès du grand public. Également dans les écoles, collèges et lycées, et auprès de toute la jeunesse que nous souhaitons sensibiliser et mobiliser autour de cette candidature.

Ensuite, nous nous engageons aux côtés des porteurs de projets et des élus dans les tous les territoires français et qui veulent participer à la construction du dossier français. Nous collaborons avec des entreprises pour faire émerger des idées innovantes et penser la France de demain. Enfin, à travers une analyse de grands événements internationaux, dont fait bien entendu partie, l’Exposition Universelle qui se termine à Milan mais également les Jeux olympiques, nous voulons apporter des propositions concrètes pour le projet de 2025. »

L’association, de par ses nombreux projets et dont de nouveaux vont être dévoilés au cours des prochains mois, peut être considérée comme une « mini » entrepriseL’événement a servi de support pour les différentes écoles participantes et les étudiants se sont approprié les projets. « Véritable laboratoire pour une société plus apaisée, cette projection nous a permis demettre en avant des concepts inattendus dans le monde très cloisonné des transports », s’enorgueillit Sébastien. « Au final, ce projet n’a été qu’une répétition de notre future position dans les différents métiers que nous exercerons », analyse-t-il.

Cet exemple de projet universitaire montre à quel point l’éducation peut miser sur des parcours divers et des profils différents afin de s’enrichir et de proposer des idées innovantes ou des concepts créatifs. En favorisant les travaux en mode Projet, l’échec, ou encore la constitution d’équipes multiculturelles, les grandes écoles de commerce se rapprochent de l’entreprise. Cela ne peut que servir l’esprit d’ouverture, de conquête et d’entrepreneuriat, à l’image de Sébastien et de la création de Labo 2025.

 

 

  SOYONS CONNECTES

Parlons-en : +33 (0) 7 86 78 65 16 – contact@wesportyou.fr
Web : www.wesportyou.fr 
Twitter : @WeSportYou – LinkedIn We Sport You – Facebook : WeSportYou – Google + : WeSportYou – Instagram : WeSportYou
Nos événements « Sport & Entreprises »
  : WeSportYou

=> Retrouvez la Touch’ We Sport You