,

Calendrier de l’Avent 2017 « Sport & Entreprises » par We Sport You

#HelloLaCordée #DG #DRH #Managers #Entrepreneurs #Collaborateurs #Étudiants #Sportifs

Retrouvez-nous à votre pause, sur les réseaux sociaux @WeSportYou, pour en savoir plus en 31 jours sur les formes du « Sport & Entreprises » et son utilisation dans vos stratégies globales. Ici on parle de cas concrets que l’on a vus, vécus, entendus, « vendus », questionnés dans les organisations. On vous propose donc des solutions concrètes et faciles à mettre en place … On complète les notions de « Sport » ou d’ « Activité Physique Sportive » dont pourraient parler des structures plus universitaires, institutionnelles, politiques, sportives … L’entreprise reste un environnement à part entière où il est important d’avoir été immergé pour mieux comprendre ce qui se passe. Arrêtons donc avec les bénéfices et les intérêts personnels et politiques … que nous connaissons tous … et passons à l’Action !


Twitter : @WeSportYou – LinkedIn We Sport You – Facebook : WeSportYou – Google + : WeSportYou


 


MATÉRIELS SPORTIFS OU LUDIQUES MIS A DISPOSITION DANS L’ENTREPRISE


1er décembre 2016

Quand on parle de « Sport en entreprise », la question la plus récurrente que l’on nous pose est la suivante « Quels sports mettez-vous en place ? ». Question naturelle quand on connait les origines et la culture française (Cf. article). On comprend mieux que dans l’imaginaire collectif, les réponses instinctives de nos interlocuteurs soient : « Du football ? Du rugby ? … ». Mais non, le « Sport en entreprise » ne se réduit pas à cela … d’autant plus avec le recensement des attentes des collaborateurs de la Génération Y !! Notre rôle est d’alors de vulgariser et d’expliquer qu’il existe plusieurs étapes et plusieurs « degrés, formes et appréhensions du sport ». Notamment, que toutes les entreprises, quelque soit leur taille, le profil de leurs collaborateurs, leur secteur d’activité … aient la possibilité de créer un espace convivial, demandant peu d’investissement et d’infrastructures. Vous pouvez ainsi aménager un ou plusieurs emplacements dispatchés dans l’ensemble de votre organisation et de vos sites … où il serait mis à disposition … gratuitement et librement … de l’ensemble de vos collaborateurs et de la direction aussi … des baby-foot, mini ping-pong, mini paniers de basket, mini-golf, consoles de jeux … pendant leur temps de pause et/ou pour « se (re)mettre en mouvement » et déconnecter … après un long moment d’inactivité passé devant son ordinateur ! N’oublions pas que nous avons tous une âme d’enfant … Il est assez facile de créer des challenges en interne … d’une façon spontanée ou plus aménagée … pour des sportifs et non sportifs ! Par conséquent, vous créez du lien, améliorez l’ambiance au travail ainsi que la communication entre vos services et équipes. Sans oublier que ces activités de loisirs contribuent au bien-être individuel et collectif … Fini la pause cigarette et/ou fini les remords après avoir pris un bon dessert au chocolat 🙂 D’autre part, le cadre aura aussi tout son importance. Réfléchissez à l’agencement de votre ou vos espaces. Il est nécessaire qu’il se dégage une chaleur, un espace d’expression et de détente : musique, art … A vous de voir si vos collaborateurs préfèrent un espace intimiste ou pas … Surement sera-t-il nécessaire que vous leur laissiez le choix de l’installation de ces matériels sportifs ! A vous de voir … et de vous détendre !

 

                          
Voici un exemple d’un opticien indépendant qui a installé son baby foot au milieu de son local … à la portée de ses collaborateurs … et de ses clients.
Voilà ce qui s’appelle faire d’une pierre deux coups.
  Découvrez quelques produits qui existent sur le marché.

 

2 décembre 2016
Selon une étude de l’Université de Saint Leo, prendre le temps de faire des exercices physiques dans la journée aide à contrôler notre équilibre vie professionnelle – vie personnelle. C’est pourquoi, l’installation d’une salle de sport sur le lieu de travail, accessible à l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise … sans participation financière de leur part … peut être une solution. Aujourd’hui, elles ne se limitent plus aux salles de musculation dédiées au bodybuilding. L’idée est de s’ouvrir à un nouveau public à la recherche avant tout de bien-être et d’une activité physique conviviale. Comptez entre 50 et 100 m² de surface ; ce qui permettra, en plus du matériel sportif, de faire venir des coachs sportifs ou fitness (Zumba, cardio boxing…) ainsi que de faire participer vos collaborateurs à des échauffements musculaires avant et après leur journée de travail. Un autre format ? Avez-vous aussi pensé à la salle de sport connectée et mobile ? La réalité virtuelle fera son entrée dans le futur. Imaginez un simulateur de ski qui vous fera vivre l’expérience en immersif avec des pistes interactives … ou permettra de vivre l’expérience « Marathon » et/ou « Challenges Inter-Entreprise » ?!! Plutôt tentant, non ? C’est l’occasion aussi de s’adresser aux collaborateurs qui ne seraient pas friands du sport.

 

 

 

 

 

 

 

Lieu d’échanges et de décompression, l’idée est de faire en sorte que les collaborateurs se sentent bien dans leur environnement de travail. Côtoyer ses collègues dans un autre contexte, se changer les idées, faire un break entre deux rendez-vousse préparer au prochain Marathon … tout cela a un objectif commun : être plus productif tout en conservant sa santé mentale et physique. Incidemment, la direction peut donner l’exemple ! N’avez-vous jamais rêvé de voir votre manager en t-shirt / short, tout transpirant ?
Ces espaces et matériels nécessitent un certain budget, de l’espace et une organisation. Néanmoins, la cohérence « entreprise / projet, emplacement, aménagement, équipements, hygiène et sécurité, propreté et communication » … seront les clés de succès. Si vous n’avez pas assez de place ou de budget, vous pouvez aussi vous mettre d’accord pour concevoir vos salles sur un même campus ou partager la salle avec d’autres entreprises … voire vous pouvez réserver des créneaux horaires dans des salles autour de vous …  via géolocalisation … et découvrir un nombre considérable d’activités : gym suédoise, zumba, stretching, yoga,, body pump … ou tout simplement des plateaux de musculation.
Vous avez la possibilité de passer par un prestataire spécialisé ou d’acheter directement le matériel ? Parfait. Cependant, dans tous les cas, avant de vous lancez, faites-vous bien accompagner et restez vigilent à la réglementation :http://www.inrs.fr/actualites/salle-sport-entreprise.html et http://phenix-avocats.fr/installer-une-salle-de-sport-dans-son-entreprise-une-fausse-bonne-idee/

Nb : si vous ne pouvez pas vous le permettre (argent, espace…), rendez-vous le 4, 5 et 6 décembre prochain pour des conseils pratiques.

 

3 décembre 2016

Certaines entreprises, en avance sur leur temps, aident à entrevoir l’utilisation que l’on fera du sport dans le monde professionnel de demain. Les fameuses GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) ont été les premières à mettre le digital au service du sport en entreprise et à l’inscrire clairement dans leur identité. Aujourd’hui, elles mettent en place et promeuvent des projets avant-gardistes. Google a construit des lieux de travail qui sont des véritables espaces de vie, avec des salles de sport, des vélos et des salles de jeux (dotées de babyfoots, bowling et tables de ping-pong) pour les moins sportifs. Elle veille ainsi à intégrer tous ses collaborateurs, quel que soit leur profil, dans sa politique de « Sport et Entreprise »… mais pas que … car d’autres leviers sont aussi importants : art, gastronomie …

Dans cette culture, pas de langue de bois ou de problème à parler argent. Ces entreprises mettent toutes les chances de leur côté pour accueillir les meilleurs talents et les fidéliserLe résultat est la clé. Cette clarification permet aux collaborateurs de s’organiser comme ils le souhaitent … sans être tout le temps devant leur poste de travail avec un manager en surveillance !
=> L’aboutissement : faire du sport, une stratégie de carrière !

http://www.ina.fr/video/3432782001017 (Regarder à la 2min20) — https://www.youtube.com/watch?v=UPDqoO_iW30
Chez Hotmart : https://www.youtube.com/watch?v=lCIji82aYbA
A vous de juger, ce qui est le mieux pour vous et vos collaborateurs … en France !

 


AVANTAGES EN NATURE « SPORT SANTÉ BIEN-ÊTRE »


4 décembre 2016
L’URSSAF définit les avantages en nature de la manière suivante : « Les avantages en nature sont des biens ou des services fournis aux salariés de l’entreprise gratuitement par l’employeur ou moyennant une participation inférieure à leur valeur réelle. Les salariés font l’économie de frais qu’ils auraient dû normalement supporter. L’avantage consenti est dès lors soumis à cotisations. ». En parallèle, tous les avantages octroyés par le Comité d’Entreprise [CE] (en espèces ou en nature) sont soumis au paiement de cotisations sociales, à l’exception des secours attribués pour les « situations dignes d’intérêt » et des sommes ayant caractère de dommages-intérêts. Si la jurisprudence se montre très stricte à ce sujet, l’administration a admis quelques tolérances. Ainsi, certains avantages ou prestations proposés par le CE peuvent être exonérés du paiement de cotisations sociales. Pour l’administration, ce sont les prestations du CE ayant un caractère social et culturel tels que les bons d’achat (dans la limite d’un certain plafond), les aides aux vacances (colonies) …

Voici quelques exemples d’avantages en nature classiques des entreprises pour attirer, motiver et fidéliser leurs collaborateurs :

  • La voiture de fonction
  • Un logement de fonction
  • La fourniture d’un abonnement (Internet, téléphonie, revue…)
  • Un service de conciergerie
  • L’attribution d’une retraite complémentaire
  • Des titres prépayés : Titres de restauration, Chèques Emplois Services Universels, Chèques Cadeaux …
              

 

Un peu moins classiques :

  • Des vacances subventionnées
  • Des repas totalement gratuits
  • Des vacances illimitées
  • Une salle de sport ou de jeu
  • Des animaux domestiques au bureau
  • Des cours de yoga gratuits
  • Des consultations médicales gratuites
  • Des bureaux inspirants et pratiques
  • Un congé parental extra
  • La formation continue …
                                              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’aspect « Sport Santé Bien-être » ressort assez largement, ce qui montre une transformation des mentalités et des modes de fonctionnement des Ressources Humaines. Par le biais de ces avantages, les entreprises permettent à leurs salariés de prendre soin d’eux – pendant et hors du lieu professionnel – dans un cadre convivial et de partage.

Important
=> D’une part, si vous offrez des avantages en nature, vous devez les déclarer. Le revenu constitué par leur bénéfice entre dans la catégorie des « traitements et des salaires ». Il faut distinguer les avantages en nature des remboursements de frais professionnels qui eux ne sont pas à déclarer. D’autre part, dans la période économique actuelle, leur allocation est une source d’amélioration sociale, surtout si vous ne disposez d’aucune enveloppe d’augmentation ; ils peuvent être une alternative puisqu’ils peuvent éviter aux collaborateurs d’effectuer certaines dépenses et donc accroître leur pouvoir d’achat – ainsi que dans l’éventualité d’un allongement de la durée de travail.

 

5 décembre 2016

Une salle de gym est-elle un avantage en nature ?
A vous de voir qui en aura la charge : Direction ou CE ?
Inspirez-vous du récent contentieux entre Adidas et l’Urssaf :http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/une-salle-de-gym-dans-l-entreprise-est-elle-un-avantage-en-nature-979081.html, nous vous conseillons la deuxième solution.
          

 

 

 

 

6 décembre 2016
Saviez-vous que le Comité d’Entreprise (CE) a longtemps été … et est … le garant du sport en entreprise de part ses prérogatives. Il a notamment comme rôle d’inciter les salariés à pratiquer un sport. Il dispose de deux budgets distincts : le budget de fonctionnement et le budget des activités sociales et culturelles (ASC). Dans le deuxième cas, il lui permet de financer des activités instituées au profit des salariés, d’anciens salariés, de leur famille et des stagiaires, leur procurant un avantage destiné à améliorer leurs conditions d’emploi. Ces activités doivent bénéficier à tous les salariés sans discrimination. Elles sont décrites à l’article R. 2323-20 du Code du travail et comprennent :

  • des institutions sociales de prévoyance et d’entraide telles que les institutions de retraites et les sociétés de secours mutuels ;
  • les activités sociales et culturelles tendant à l’amélioration des conditions de bien-être telles que les cantines, les coopératives de consommation, les logements, les jardins familiaux, les crèches, les colonies de vacances ;
  • les activités sociales et culturelles ayant pour objet l’utilisation des loisirs et l’organisation sportive ;
  • les institutions d’ordre professionnel ou éducatif attachées à l’entreprise ou dépendant d’elle, telles que les centres d’apprentissage et de formation professionnelle, les bibliothèques, les cercles d’études, les cours de culture générale ;
  • les services sociaux chargés :
  • de veiller au bien-être du salarié dans l’entreprise, de faciliter son adaptation à son travail et de collaborer avec le service de santé au travail de l’entreprise,
  • de coordonner et de promouvoir les réalisations sociales décidées par le comité d’entreprise et l’employeur ;
  • le service de santé au travail institué dans l’entreprise.

En dehors de cette définition, le budget des ASC sert au financement de bons d’achat, de billetterie, de chèques vacances, de colis de fin d’année offerts aux salariés, de sorties avec le personnel, de voyages …

Ainsi, le Comité d’Entreprise peut participer à la prise en charge de son inscription à un club de sport : soit en procédant au remboursement de tout ou une partie de l’inscription sous réserve de la présentation d’une attestation d’inscription au club sportif, soit en payant directement le club de sport de la totalité ou d’une partie seulement du prix demandé. Les deux pratiques sont possibles. Il peut aussi prendre en charge une partie de l’achat de vos dossards pour des compétitions ou licences sportives … on pourrait aussi imaginer que le CE prenne en charge les frais kilométriques vélo, qui a été fixé par décret à 25 centimes par kilomètres.

Les CE mettent également à disposition des services prépayés « Sport Santé Bien-être » pour les collaborateurs des organisations partenaires. Une fois qu’elles les ont achetés, par exemple, via une plateforme internet, leurs salariés peuvent les télécharger sur leur mobile et les utiliser auprès deprestataires « Sport Santé Bien-être » … ce qui permet de développer le sport à la carte. Il existe aussi des comités d’entreprise externalisés qui permettent aux collaborateurs de PME de bénéficier de prestations sportives et culturelles financées par leur employeur ainsi que des réductions d’impôtpour les entreprises qui les inciteraient à venir en vélo. Par conséquent, le sport s’ouvre enfin aux entrepreneurs, TPE, PME et ETI. Ce qui était autrefois « la danseuse du président » dans des grands groupes se démocratise !             

 

 

 

 

 

Nous verrons plus tard son rôle dans le développement de l’activité sportive : RDV mercredi 7 décembre.

Nb : A noter malgré tout la rivalité entre CE et Direction d’Entreprise sur le sujet de l’intégration du sport … et donc du financement. Dommage car ils auraient tout intérêt à collaborer.

 


ASSOCIATIONS SPORTIVES D’ENTREPRISE (ASE)


7 décembre 2016
Les Associations Sportives d’Entreprises (ASE) sont représentées par un groupe de salariés d’une même entreprise décidant de partager de façon officielle (structure juridique) leur passion pour le sport. Elles peuvent être soutenues par le CE et même, dans certains cas, par la direction.

Pourquoi ?

  • Pour l’entreprise ? Améliorer l’efficacité des collaborateurs et donc leur bien-être physique (sommeil, nutrition, activité physique…), psychologique (stress, moral…) et au travail (convivialité…).
  • Pour les collaborateurs ? Une solution pour équilibrer leur vie personnelle et leur vie professionnelle ; découvrir leurs collègues dans un autre cadre  … à des prix attractifs

L’accord de la direction est obligatoire pour créer une association sportive d’entreprise (ASE) car, dans la plupart des cas, l’association s’associe ou utilise le nom de l’entreprise, ainsi que ses locaux.

Nous vous conseillons de suivre les conseils du Comité Olympique pour créer votre association sportive d’entreprise :http://www.sentezvoussport.fr/art.php?id=44917 et d’un point de vue juridique :http://www.journaldunet.com/management/0509/0509100creer_club.shtml.

 


PRATIQUES LIBRES ET AUTONOMES


8 décembre 2016

Les pratiques libres et autonomes regroupent l’ensemble des rencontres sportives et des activités physiques informelles (seules ou à plusieurs) pendant le temps de pause professionnelle des collaborateurs. Cette pratique peut être encouragée par la direction mais elle est forcément organisée et voulue par les salariés. Une pratique à la « mode » : le running … mais il existe d’autres pratiques comme la gym nordique. C’est parfait pour vous Entreprises ! Les collaborateurs se prennent en main et décident du moment où ils vont aller faire du sport entre eux ! Pas de coût, pas d’organisation … éventuellement un peu de sensibilisation au préalable ! Evidemment, c’est à vous de profiter de ce levier pour créer une dynamique dans votre structure ! Voici quelques exemples d’application de sessions de running gratuites – avec ou sans challenges : Jogg.in ; Garmin Team Running ; Girls run ; Running Heroes ; SquadRunner … L’occasion aussi pour vos collaborateurs de se retrouver sur les réseaux sociaux communautaires, par exemple via : http://www.runhappy.fr/running. Voici un comparatif des applications de courses à pied :http://blog.romaincandau.com/comparatif-applications-course-piedrunning/

9 décembre 2016
L’entreprise est le lieu idéal pour sensibiliser le plus grand nombre aux atouts et bienfaits de la pratique d’activités physiques et sportives régulière. Pourquoi ne pas bénéficier des infrastructures existantes et de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024 pour inciter vos collaborateurs à bouger et à découvrir son quartier, sa ville, ses collègues … sans aucun coût pour votre structure ?!! Par exemple, via les terrains de sport mis à disposition par les collectivités territoriales (sujet qui mérite encore d’être priorisé pour obtenir des créneaux horaires et des équipements supplémentaires pour les entreprises) ou par la création et gestion – par le privé (entreprises, anciens sportifs de haut niveau, équipementiers…) – de terrains multisports et d’aires de jeu. Il existe également des applications qui vont vous donner envie de bouger au travers de parcours santé.

                          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parallèlement, une autre astuce « libre et autonome » : des espaces basés sur le social, la santé et l’apprentissage qui regroupent des lieux et des applications d’entrainement avec des équipements connectés et des entraineurs. Ils sont encore peu nombreux mais avec l’arrivée du digital, leur nombre va croitre. C’est une autre façon de vivre une expérience utilisateur : street workout, bootcamp, cross training, circuit training … Ces espaces peuvent également être aménagés dans votre entreprise … ce qui impliquera, de fait, un coût et une gestion plus importants !

Effectivement, placée au centre d’une stratégie globale, la sensibilisation apportera les bénéfices envisagés en termes de bien-être, management et de communication. Vous pourrez ainsi être « connus et reconnus » particulièrement via des labels et trophées : « Sport Santé », « Sentez-Vous Sport », « Ville Active », … Vous y gagnerez à tous les coups !

 


ACTIVITÉS DE PRÉPARATION ET DE RECUPERATION PHYSIQUES ET MENTALES


10 décembre 2016
Vous souhaitez que vos collaborateurs soient performants tout au long de leur carrière et particulièrement avant d’importantes échéances ? Vous souhaitez canaliser leur stress ? Vous souhaitez que les résultats soient portés par le Collectif ? Inspirez-vous des sportifs de haut niveau et de leurs techniques pour promouvoir leur équilibre et leur permettre d’atteindre leurs objectifs d’une manière positive. Optimisez leurs performances grâce à des activités de préparation et de récupération physiques et mentales. Elles libèreront leurs énergies et leur enseigneront l’ergonomie, les gestes ainsi que les bonnes postures à adopter dans leur environnement de travail. L’idée est de trouver un alignement entre « le corps, l’âme et l’esprit ». Ceci permettra à vos collaborateurs d’aborder plus sereinement leur quotidien.

A vous de jouer pour sensibiliser vos collaborateurs à des activités de préparation et de récupération :

  • Physiques : Incitez vos collaborateurs à adopter une bonne hygiène de vie grâce à des repas équilibrés avec des produits de saison, le respect des rythmes physiologiques de sommeil, des exercices physiques ; la prévention des TMS ;
  • Mentales : Inciter vos collaborateurs à visualiser leur quotidien pour gagner en concentration, confiance en soi, résistance à la pression, gestion des émotions … autour d’activités de pleine conscience : l’Hypnose, la Méditation, le Yoga, le Pilate, la Sophrologie, le Reiki, le TaiChi Chuan, le Qi Gong, le Shiatsu, … ou bien encore des soins holistiques :naturopathie, luminothérapie

11 décembre 2016
Parlons de la Pleine Conscience appelée également la Mindfullness. Reprenons la définition de Jon Kabat Zinn pour mieux comprendre. C’est l’ « Etat de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellement, au moment présent, sans juger, sur l’expérience qui se déploie moment après moment. C’est-à-dire, que dans la pratique quotidienne de la pleine conscience, l’accent est toujours mis sur la conscience de l’instant présent, et l’acceptation des choses telles qu’elles sont et ce, quelles qu’elles puissent être dans les faits, plutôt que de se préoccuper d’atteindre un résultat souhaité, à un moment ou un autre, aussi tentant que cela soit. » .

En quelques mots :

  • Origines : pratiques méditatives bouddhistes, expurgées de toute connotation spirituelle ou religieuse.
  • Porter attention à ses expériences internes (sensations, émotions, pensées, états d’esprit) ou externes (environnement)
  • Champs d’application :
    • Gestion du stress et de l’anxiété
    • 30 à 60 minutes par jour pour un ROI max
    • Pas besoin de matériel sophistiqué ni trop de place

Pour en savoir plus : http://www.mindfulness-belgium.net/definition.htm

 

12 décembre 2016
Nous avons décidé de nous concentrer sur le fait de vous faire découvrir quelques postures de Yoga. Le Yoga qui soigne par Good Health, N°1.
Saviez-vous que le Yoga est inscrit au patrimoine immatériel de l’Humanité ? http://www.huffingtonpost.fr/2016/12/01/yoga-patrimoine-immateriel-humanite-unesco/?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

Évidemment, nous vous conseillons d’essayer également : Pilate, Sophrologie, Reiki, Taichi Chuan, Qi Gong, Shiatsu … pour voir ce qui pourrait correspondre le plus à vos collaborateurs.
Personnellement, voici notre combinaison secrète : Pilate + Yoga !

« Les postures de yogas (asanas) stimulent les articulations et la circulation sanguine, irriguant mieux les muscles et les organes. Le yoga peut ainsi soulager certaines parties douloureuses du corps. La pratique régulière améliore aussi le seuil de tolérance à la douleur. L’enchainement de certaines postures permet de traiter des affections mineures spécifiques. ».

Découvrez différentes postures en fonction de vos objectifs :

NAMASTE [nah – mas – tey ]


FORMATIONS « SPORT SANTE BIEN-ETRE » ET « MANAGEMENT RH »


13 décembre 2016
Le champ réglementaire lié aux Risques PsychoSociaux (RPS) s’accentue. L’employeur est tenu de préserver la santé physique et mentale de ses collaborateurs car ils entraînent des conséquences importantes pour les Hommes, mais également pour l’entreprise en termes d’engagement, d’absentéisme et de coûts. Apprenez à les identifier, les évaluer, les anticiper et agir pour prévenir les RPS (stress, burn out…) et les accidents du travail (sécurité, ergonomie, gestes et postures).

Les obligations patronales :

  • La Directive Européenne 9.0/270/CEE du 29/05/1990 fixe des obligations aux employeurs afin de garantir la sécurité et la santé des employés travaillant sur écran.
    • Le Code du travail – Article R4542-1 à 19 : après analyse des conditions de travail de tous les postes comportant un écran de visualisation, l’employeur doit prendre des mesures appropriées pour remédier aux risques constatés. Décret n°91-451 du 14 mai 1991 (JO n°113 du 16/05/91)
  • Accord national interprofessionnel sur le stress au travail signé en 2008 :http://www.inrs.fr/risques/stress/reglementation.html
  • Il découle des articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du code du travail que l’employeur est tenu, à l’égard de son personnel, d’une obligation de sécurité de résultat qui lui impose de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger les travailleurs.  
    • Le 13 mars 2013, la Cour de cassation a jugé que le stress permanent et prolongé d’un salarié à raison de l’existence d’une situation de surcharge de travail conduisant à un épuisement professionnel de nature à entraîner une dégradation de son état de santé est susceptible de caractériser un manquement de l’employeur à son obligation de sécurité et que ce dernier ne peut invoquer l’absence prolongée du salarié pour cause de maladie afin de justifier son licenciement (Cass. Soc., 13 mars 2013, N° de pourvoi: 11-22082).

Qu’est-ce que le stress ?

Découvrez nos formations autour du stress : http://wesportyou.fr/offre/post/revelez-les-potentiels

 

14 décembre 2016
Vous pouvez former vos collaborateurs aux bons gestes et postures à adopter … pour lutter contre les TMS et la sédentarité.

Voici quelques exemples de « matériels » que vous pourriez mettre à disposition de vos collaborateurs.

   

 

 

 

 

 

 

 


STAGES DE COHÉSION ET D’INTÉGRATION


15 décembre 2016
Dans l’objectif d’unifier, d’acculturer ou de motiver les équipes, organisez davantage de stages de cohésion et d’intégration à caractère sportif ou ludique. C’est l’occasion de profiter de ces moments pour apprendre de soi et des autres (qui nous sommes, nos forces/faiblesses, nos moteurs/freins, les leviers de confiance, les motivations d’engagement…) et ainsi stimuler l’intelligence collective … pour réussir tous ensemble !
Certes ils ont un coût mais voyez-les comme un investissement pour vous et vos collaborateurs sur les 3 axes : bien-être, management et communication !

Commençons par les sports outdoor ! Ils font références aux activités de plein air pratiquées en pleine natureautant individuelles que collectives. L’idée est d’aller à la découverte de nouvelles pratiques, de challenger vos collaborateurs et de les (re)connecter entre eux, avec la nature, les paysages, les énergies qui les entourent …

Longtemps plébiscités pour les commerciaux, ils s’ouvrent à d’autres publics. Prenez-les comme un levier et non comme une finalité !
A noter : Comme toute chose, attention à considérer vos objectifs et à prendre en compte le profil de vos collaborateurs avant de choisir une activité. Il faudra également penser à toute la préparation que cela peut entrainer ainsi que les équipements que cela nécessite. Et d’autre part, le stress que cela peut générer dans les premiers moments des stages. N’hésitez pas à vous faire assister de coachs et formateurs … pour capitaliser au maximum sur ces stages, avec les retours d’expérience, jeux de miroir, questionnements …

Nous vous proposons quelques exemples de stages de sport outdoor pour vos collaborateurs :

  • Plus soft : canoë, courses à pied, course d’orientation, équitation, marche nordique, randonnées, raquettes à neige, via-ferrata
  • Plus difficile car nécessite davantage de préparation : alpinisme/escalade, ski (alpin, de fond ou de randonnées), snowboard, spéléologie, trail, trek, vol libre, vélo/VTT, …
    • Il existe de plus en plus de déclinaisons de ces sports !
   

 

 

 

 

 

 

 

16 décembre 2016
Au niveau des activités de cohésion et d’intégration, vous pouvez aussi prévoir des activités toutes aussi différentes les unes des autres :

  • Bien-être et santé
  • Boot camp
  • Courses connectées
  • Jeux en bois
  • Jeux de paris interactifs
  • Jeux de piste
  • Jeux de télé réalité : Koh Lanta, Pekin Express …
  • Olympiades
  • Alternatives : Rugby à 5, Foot à 5, Basket 3*3, Bubble foot

Et surtout n’oubliez pas … vous ne plairez pas à 100%  de vos collaborateurs … donc n’hésitez pas à prévoir d’autres pistes autour de l’art, de l’éducation, de la musique, du street art …

   

 

 

 

 

 

 

 

 


ÉVÉNEMENTS INTRA-ENTREPRISES


17 décembre 2016
En opposant des salariés de différents services dans des événements sportifs, les événements intra-entreprises permettent de créer un esprit d’entreprise et surtout de décloisonner votre organisation en améliorant la communication entre les divers branches/services.
Voici un exemple d’événement intra-entreprise qui existe depuis 1997 : la Danoners World Cup. Il réunit 800 collaborateurs du monde entier, dans 120 équipes, autour d’une compétition internationale de football qui a lieu tous les 2 ans, dans 50 pays où Danone est implanté.
Si vous ne pouvez pas vous permettre de tels événements, l’arrivée du digital va vous aider à créer des compétitions intra-entreprises ! Vous pourrez ainsi inclure tous vos collaborateurs, tous vos sites … 1ère étape : un challenge « podomètre » ?

A noter qu’un sponsor pourra vous aider à faire grandir ces événements et les rendre davantage visible !

   

 

 

 

 

 

 

 


ÉVÉNEMENTS INTER-ENTREPRISES


18 décembre 2016
Ce sont des rencontres sportives entre différentes organisations. En plus de l’aspect ludique, elles créent un esprit d’entreprise, travaillent la notoriété et permettent aux sociétés participantes d’établir des éventuels futurs partenariats.
Voici quelques exemples d’événements. Vous en avez pour tous les goûts et les attentes : Corporate Games ; Défi-Entreprises ; La Parisienne ; Mud Day ; RunAtWork – …

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


CHALLENGES ÉTUDIANTS VS ENTREPRISES


19 décembre 2016
Ces évènements sportifs qui opposent des étudiants de grandes écoles ou d’universités à des collaborateurs ou les mettent simplement en contact, sont l’occasion pour vous, entreprises, de repérer vos futurs talents et de se faire connaître.
A vous de juger quelle est la manière la plus stratégique de vous y greffer … avec vos collaborateurs … et de capitaliser dessus !
Retrouvez-nous demain pour en savoir plus sur ces événements.
 

20 décembre 2016
Voici quelques exemples d’événements :


 


RECRUTEMENT DE (EX) SPORTIFS



21 décembre 2016

Dans le but de créer de la diversité et la synergie qui va avec, intégrez des responsables d’associations sportives, des sportifs amateurs ainsi que des anciens SHN, que vous aiderez dans leur reconversion.

Nous vous proposons de relire nos articles :

   

 

 

 

 

 

 

 

22 décembre 2016
Connaissez-vous le Club Insep Alumni ? 
Fondée en 2002, c’est l’association officielle des anciens et actuels « Insépiens » : champions et coach. Elle est implantée au coeur de l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP).

Ses objectifs :

  • Maintenir les liens et rassembler les entraîneurs, personnels, cadres, sportifs permanents ou stagiaires et usagers fréquentant ou ayant fréquenté l’INS (ancien nom de l’INSEP) ou l’INSEP, de créer les liens entre générations de sportifs de haut niveau
  • Aider les générations actuelles et futures dans la réalisation de leur parcours sportif vers l’excellence et de leur épanouissement personnel et/ou professionnel notamment en facilitant l’insertion sociale et/ou leur reconversion professionnelle
  • Contribuer à l’échange et à la transmission d’expériences capitalisées par le sport de haut niveau français
  • Élargir ces liens et d’enrichir ces expériences, avec des personnes physiques ou morales qui, partageant les valeurs du sport de haut niveau avec l’association, peuvent lui apporter notoriété, crédibilité, savoir-faire, appui, soutien notamment financier

Le Club Insep Alumni a 2 projets phares à 2 niveaux différents de la reconversion des sportifs de haut niveau (SHN) :


INTERVENTIONS DE PERSONNALITES DU MONDE DU SPORT



23 décembre 2016

Elles sont souvent organisées sous forme de conférences. Les personnalités sportives viennent transmettre leur expérience de SHN ou de manager aux dirigeants et collaborateurs en tissant des liens entre les univers du sport et de l’entreprise.

Depuis 1998, avec la victoire de l’équipe de France de Football à la Coupe du Monde, elles ont le vent en poupe. Les dirigeants ont envie d’entendre des prises de paroles « sportives » résonner ailleurs qu’à Clairefontaine ou dans le vestiaire du Stade de France. L’aura et le leadership que dégage des sélectionneurs d’équipe de France comme Aimé Jacquet ou Bernard Laporte n’ont pas leur pareil lorsqu’il s’agit de montrer des exemples de réussite à des collaborateurs. Pour ces derniers, être en contact direct avec un ou une de leur idole est susceptible de décupler leur attention et leur capacité d’écoute. Quel plaisir de pouvoir côtoyer une personne qui a mené des hommes au succès ! Les discours d’anciens sportifs comme Edgard Grospiron, Stéphane Diagana, Daniel Herrero ont d’autant d’impact, qu’ils sonnent à l’oreille des managers, et prennent le statut d’un véritable outil de management. Les orateurs sont d’ailleurs souvent choisis pour leur côté charismatique et parce qu’ils savent jouer de cet aspect managérial. Decathlon a ainsi fait intervenir Daniel Constantini auprès de ses managers sur le thème « Gestion des ressources humaines à des fins de performance ». Son homologue Claude Onesta a, quant à lui, parlé de « l’esprit de conquête » auprès des collaborateurs d’EDF. Les managers Europe de la Société Générale ont pu boire quant à eux les paroles en version originale de Sir Clive Howard, ancien sélectionneur du XV de la Rose, sur le thème : « Leading a high-performing and responsible team ». Les exemples sont devenus pléthores ; les grands-messes ont été complétées ou remplacées par des discours inspirés qui collent aux valeurs et à la vision des entreprises.
Les prix peuvent varier du simple au triple : de 3 000€ / heure à 16 000€ / heure.
 

24 décembre 2016
De nouveaux visages apparaissent, plus hétérogènes : des femmes, des athlètes paralympiques, des sportifs évoluant dans des sports mineurs et plus individuels.

  • Des femmes :
    • Astrid Guyart, escrimeuse
    • Magali Baton, judo
    • Sarah Daninthe; escrime,
    • Sarah Ourahmoune, boxe
    • Nina Kanto, handball
  • Des athlètes paralympiques
    • Michaël Jeremiasz, tennis
    • Ryadh Sallem, basket
    • Stéphane Houdet, tennis
  • Des athlètes de « Sports mineurs »
    • Teddy Riner, judo
    • Antoine Deneriaz, ski

 


ACTIONS DE SPONSORING ET DE MÉCÉNAT


25 décembre 2016
C’est la participation financière, matérielle et/ou humaine dans des événements ou des causes sportives, culturelles et sociales en fonction des valeurs défendues par la société. Au-delà de leurs avantages fiscaux, ces activités améliorent votre image et permettent à vos collaborateurs de monter en compétences. Vous pouvez soutenir des associations, des fédérations, des événements, des entrepreneurs, des sportifs … au niveau local et international « Think Global Act Local ». Ce qui est intéressant, c’est qu’elles s’adressent à tous types de structures de la TPE à la grande entreprise.
A noter que le mécénat se différencie du sponsoring par la nature des actions.

Retrouvez-nous le 26 et le 27 décembre pour des exemples dont vous pourriez-vous inspirer.

26 décembre 2016
Voici quelques exemples de contrats de sponsoring sportif de la PME à la Grande Entreprise (GE) dont vous pouvez vous inspirer :

  • EDF & la natation
  • Expertime / Sodebo / MAIF & la voile
  • GFI & le handball
  • Heineken & le foot
  • Humanis & le running solidaire
  • Ippon Technologies
  • Michel & Augustin & Julien Benneteau
  • Milka & le ski
  • Nike & Federer
  • Peugeot & Novak Djokovic
  • Red Bull & les sports mécaniques, bike, snow, surf …
  • Société Générale & le rugby

Pour les entrepreneurs, TPE & les PME, le financement participatif peut aussi prendre la place du sponsoring. Vous pouvez vous « afficher » à leurs côtés pour « peu » :

Les facteurs clés de succès :

  • Impliquer vos collaborateurs avant, pendant et après
  • Une étude au préalable est nécessaire
  • Penser global Agir local
  • Déterminer une activation de communication globale
  • Définir les contours car il y a donc un certain nombre de règles à suivre, notamment la sécurisation de vos contrats
    • Attention à l’Ambush Marketing (Terme crée par l’expert en marketing Jerry Welsh, alors qu’il travaillait en tant que Directeur Marketing International pour l’American Express Company dans les années 1980).
  • Optimiser le Retour Sur Investissement (ROI)
  • Eviter la « danseuse du Président »
  • Regarder l’audience et la notoriété du sport/des sportifs …

27 décembre 2016
Aujourd’hui, trop peu d’entreprises s’impliquent dans le mécénat sportif. Alors que d’un point de vue fiscal, le mécénat a cela d’intéressant qu’il engendre une réduction d’impôt de 60% de la valeur du don. En revanche, la contrepartie, si elle a lieu d’être, ne peut représenter au maximum que 25% du don. La notion de mécénat est régie par la loi n°2003-709, ainsi que par les articles 238 bis A et 200 du Code général des Impôts.

Nous vous invitons à vous intéresser à des associations prônant les valeurs d’éducation, de diversité, du handisport, d’intégration sociale … comme, par exemple, Premiers de Cordées, Diambars … et évidemment les associations locales sportives de vos quartiers !!


28 décembre 2016

A découvrir, le guide pratique du sport en entreprise
rédigé par le MEDEF et le CNOSF en 2012

 

29 décembre 2016

A découvrir, l’étude Goodwill 
commanditée par le MEDEF, le CNOSF et AG2R La Mondiale en 2015.

Évidemment, ces chiffres sont à prendre avec du recul.

30 décembre 2016
A découvrir, la guideline « Sport & Entreprises » : http://wesportyou.fr/blog/post/la-guideline

31 décembre 2016
Ne parlons plus de sport en entreprise mais de sport & entreprises
Retrouvez nos articles à ce sujet :

A L’ANNEE PROCHAINE #LaCordéeWSY
 

 

  SOYONS CONNECTES

Parlons-en : +33 (0) 7 86 78 65 16 – contact@wesportyou.fr
Web : www.wesportyou.fr 
Twitter : @WeSportYou – LinkedIn We Sport You – Facebook : WeSportYou – Google + : WeSportYou – Instagram : WeSportYou
Nos événements « Sport & Entreprises »
  : WeSportYou

=> Retrouvez la Touch’ We Sport You

L’art en entreprise, une réponse à la libération des énergies et des talents ?

Les œuvres d’Art ne s’accrochent plus seulement sur les murs des musées publics ou privés. Les entreprises, de toutes tailles, acquièrent désormais des œuvres de nouveaux maîtres. De la simple exposition à la mise en place d’une résidence d’artiste, les entreprises développent leur image innovante et créative, repoussant à la fois les limites des créateurs et les regards extérieurs des personnes dubitatives sur l’association de deux mondes bien différents.


UNE VOLONTÉ DE L’ÉTAT


Cela ne date pas d’hier ! L’entreprise a toujours flirté avec le monde artistique, surtout dans certains secteurs comme l’automobile ou le luxe. En faisant appel, par exemple, à un créateur pour dessiner une gamme ou redesigner un logo. De nombreux dirigeants d’entreprise, mécènes ou inspirés, ont acquis des œuvres pour les mettre plus ou moins à disposition de leurs collaborateurs, à l’image de la Société Générale, dont le patrimoine artistique est monumental. Exemple de la fibre culturelle de l’enseigne bancaire, la formation interne proposée à 250 choristes et instrumentistes provenant de tous niveaux hiérarchiques ; après dix mois de répétition avec l’ensemble « Les Siècles », ces derniers se sont produits dans la salle Pleyel.

L’état appuie désormais cette synergie. L’ancienne Ministre de la Culture et la Communication, Aurélie Filipetti, s’était déclarée favorable en 2014 à l’exposition d’œuvres issues des collections publiques dans les entreprises privées. Aux opposants arguant que cette initiative pouvait diminuer les recettes des musées de plus en plus désertés, répondaient alors de l’autre, les personnes favorables à l’idée de développer l’attrait pour l’art et d’indirectement faire revenir des visiteurs dans ces musées.

ERDF avait ainsi pris la balle au bond en signant une convention avec le Ministère de la Culture autour du patrimoine national il y a quelques années. En poursuivant ses engagements, ERDF a exposé quatre œuvres contemporaines dans les locaux de son Pôle de Mérignac. Ses salariés, ainsi que les personnels des Industries Électriques et Gazières (IEG) y ont eu accès lors d’un vernissage en présence d’élus locaux et de personnalités. Une réussite pour l’entreprise énergétique qui se voulait avant-gardiste dans le domaine.

Si la question de savoir si les biens privés peuvent bénéficier aux entreprises privées peut légitimement être posée, on peut se focaliser sur l’idée que l’entreprise accueille les œuvres d’artistes plus globalement. Accueillir des œuvres est une bonne idée mais permettre aux collaborateurs de l’entreprise d’échanger et de partager avec les artistes qui les ont composées semble bien plus profitable.

Yannick Revel, dirigeant de « Get Arty », propose aux particuliers et aux entreprises d’accueillir des toiles d’artistes. Sa clientèle se compose essentiellement de particuliers mais certains entrepreneurs lui ouvrent désormais leurs portes : « J’organise quelques événements dans des lieux privés, des restaurants, des boutiques mais cela reste dans des petites structures, surtout chez des libéraux qui ont envie de communiquer et dans un souci relationnel », dit-il en citant l’exemple d’un cabinet d’avocats qui souhaite faire du « business en dehors du business. Pour le moment, l’axe qui marche le mieux, c’est l’aspect relationnel. Dans ma région, les dirigeants qui veulent inviter des clients ou des collaborateurs le font encore sur des événements de rugby ou des incentives auprès du golf avec des journées de découverte. » Prochainement, Yannick Revel va développer une initiative originale avec une agence immobilière, une exposition dans des maisons en vente.


LES ARTISTES DANS L’ENTREPRISE


Les principaux arguments avancés par le Bayonnais pour emmener l’art dans l’entreprise, – l’aspect de l’image moderne que cela renvoie, les débats que cela peut susciter entre les salariés ou encore le bien-être amené aux employés -, ne trouvent pas encore d’écho auprès des entrepreneurs de la région. « Je n’ai pas encore trouvé l’oreille attentive qui permettrait d’entretenir la culture dans l’entreprise », regrette l’amateur d’art. Car au-delà de l’image que cela apporte à l’entreprise et l’éventuel business qui peut se créer grâce à cet attrait (soudain) pour l’art, il convient de se focaliser sur ce que peuvent en retirer les collaborateurs.

L’entreprise Giraud, basée en Charente, a ouvert récemment ses portes afin de faire découvrir son savoir-faire. A cette occasion, un artiste bordelais, Laurent Maero, est venu utiliser les chutes de métal pour réaliser des sculptures. On pourrait aussi citer l’exemple des Laboratoires Boiron, qui ont créé, il y a 20 ans, le poste de « maîtresse de maison », dont l’une des missions est de veiller au bien-être et au cadre de vie des salariés, en favorisant notamment l’art dans l’Entreprise. Les collaborateurs peuvent régulièrement rencontrer des artistes et certains ont ainsi réalisé une fresque pour habiller leur lieu de travail.

C’est également ce qu’ont réalisé les invités et les collaborateurs de l’entreprise Soplami avec un graffeur pour l’inauguration de leurs nouveaux locaux en 2011 et qui est y toujours affichée. Eric Castellano, le Président de l’entreprise, a ensuite accueilli des artistes sculpteurs dans son entreprise de termoformage, qui confectionne des présentoirs sur lieux de vente et des pièces pour l’aéronautique. La rencontre et les échanges avec ces sculpteurs      amateurs ont très vite débouché sur le projet de faire des sculptures à partir des déchets plastiques produits par Soplami. « Cette initiative avait deux objectifs : utiliser les déchets différemment en leur donnant une seconde vie et faire venir des gens dans l’entreprise avec une autre vision du monde industriel », raconte Eric Castellano. « La plupart des collaborateurs ont été associés : malheureusement pas tous », regrette le dirigeant. N’étant pas habitués à travailler cette matière, les artistes ont dû relever un défi et ont été accompagnés par les techniciens de l’entreprise qui les ont aidés à réaliser certaines œuvres.

« Même si tout le monde n’a pas participé à ce projet, il y a eu beaucoup d’implication chez nos collaborateurs et surtout une grande fierté de découvrir que le regard extérieur était totalement différent du nôtre ! Le regard des artistes sur notre métier, très valorisant pour nous, a été une réelle surprise pour moi », confie le dirigeant. Le pari de faire se rencontrer les mondes de l’industrie et de l’art était risqué pour Eric Castellano : « Le monde industriel n’est pas forcément sensible à l’art. Il y avait d’ailleurs un décalage à la base lorsque le projet a été évoqué » mais l’initiative a cependant permis d’améliorer les lieux et donner un peu plus de bien-être aux collaborateurs.


LAISSER UNE TRACE DANS L’ENTREPRISE


AXA France a créé une association « Talents En Mouvement » en 2009 : chacun peut y exprimer ses dons artistiques, partager ses goûts pour la peinture, le théâtre ou encore la musique. Valérie Moati, une collaboratrice sensible à l’univers artistique, préside l’association et assure le lien entre les collaborateurs artistes et la direction qui facilite leur expression à l’aide d’un budget de 25k€ par an. « Nous avons eu le soutien des dirigeants qui ont très rapidement adhéré au projet et ont été impressionnés par la qualité des différents événements organisés par TEM », se réjouit la présidente. « Notre volonté était d’aller au-delà du One-shot et d’inscrire l’association dans l’ADN d’AXA ».

Nb: L’association vient de remporter la médaille d’or dans la catégorie Bien-être au Travail lors de la 4ème Nuit de la RSE, le lundi 27 novembre 2016.

 

« Le plus dur au départ a été de convaincre les collaborateurs de participer, en exposant ou en jouant, car beaucoup ne souhaitaient pas ou n’osaient pas mélanger vie privée et vie professionnelle. Mais depuis que cette aventure humaine a commencé, plusieurs événements artistiques ont transformé notre entreprise et enclenché une dynamique créative permettant de nombreux échanges et de belles rencontres », explique Valérie Moati.
 

Les collaborateurs qui osent se mettre en scène ont un engagement plus fort : leur travail est ainsi récompensé « puisqu’une ou deux œuvres de l’artiste sont gardées et exposées dans des endroits stratégiques de l’entreprise », confie la présidente de l’association. Une façon pour chaque exposant de laisser une trace indélébile et de faire partie du patrimoine dans l’entreprise. Expositions, concerts, défilés de mode, exposition itinérante sont organisés une fois par mois, sous l’égide de l’association. Un concours est organisé (« les To’TEM de la création ») qui permet aux collaborateurs artistes de vivre encore plus leur passion. Ainsi, un lauréat est allé jouer sa pièce de théâtre dans une université américaine. Une collaboratrice passionnée de couture a pu de son côté prendre des cours de stylisme et réaliser un défilé de ses créations, avec comme mannequins des salariées volontaires de l’entreprise. « Même s’il est difficile de mesurer les retours des collaborateurs, ces initiatives sont très appréciées et contribuent directement au bien-être au travail et également au sentiment d’appartenance. Nous avons vécu beaucoup de concerts où les gens étaient émus. Certains collaborateurs achètent les œuvres des expositions. Le planning des prochaines expositions est bien rempli et la régularité des événements incite de plus en plus de collaborateurs à faire appel à l’association pour les aider dans le développement de leur projet », reconnaît Valérie Moati.

D’autres projets artistiques sont à l’étude du côté d’AXA avec comme objectifs d’apporter une bouffée d’oxygène dans le quotidien des collaborateurs, de remettre l’humain au cœur de l’entreprise et de favoriser l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle. Un portail collaboratif, qui sert de mémoire également, permet à chaque entité du groupe de communiquer et de vivre les différents événements. AXA souhaite dans un futur proche développer ces initiatives dans ses filiales à l’étranger. « Notre vivier est immense car tous les talents artistiques peuvent être exprimés », admet la « chef d’orchestre ».

Une vision de la vie en entreprise partagée chez PepsiCo France. Outre le développement du sport dans l’entreprise, le groupe alimentaire a mis en place l’opération « One simple thing » au cours de laquelle chaque collaborateur peut choisir un objet de développement personnel. Dans cette optique, l’entreprise organise des conférences artistiques et permet à ses collaborateurs de développer un loisir artistique. Vincent Prolongeau, ancien DG de PepsiCo France, soulignait en juin 2015 (1) : « Le sport est un moyen d’équilibrer les personnes, que les gens se connaissent plus et se respectent plus et la dimension artistique a autant de place que la dimension sportive. D’autant que pour le premier, le risque de dérive vers la performance existe alors que l’art permet de relativiser. » Le sport remplaçant, l’art titulaire, peu importe la composition, du moment que les collaborateurs aient la possibilité d’exprimer leur(s) talent(s) !


REFERENCES
1. Rencontre Sport & Entreprises du 22/06/2015


  SOYONS CONNECTES

Parlons-en : +33 (0) 7 86 78 65 16 – contact@wesportyou.fr
Web : www.wesportyou.fr 
Twitter : @WeSportYou – LinkedIn We Sport You – Facebook : WeSportYou – Google + : WeSportYou – Instagram : WeSportYou
Nos événements « Sport & Entreprises »
  : WeSportYou

=> Retrouvez la Touch’ We Sport You

S(up)portrice Claire : « Développer l’esprit d’équipe »

Présentez-vous rapidement ? (Prénom, nom, âge, profession, expériences ou projets professionnels, passions, centres d’intérêts…)
Claire Guitton : 55 ans, assistante de direction.

J’ai une expérience logistique, je suis relativement organisée et j’aime l’événementiel.

 

S(up)portrice Claire : « Développer l’esprit d’équipe »


Quelles sont les 3 valeurs qui vous animent ?
Compétence, relationnel, joie de vivre.

Quel est votre principal « talent » de votre point de vue et du point de vue des autres ?
L’organisation.

Quel serait le profil professionnel de votre co-équipier idéal ?
Compétent, consciencieux, ouvert d’esprit, cultivé, éduqué, respectueux, curieux, innovant.

Quel serait votre slogan pour vous décrire ? 
Le changement, l’avenir, l’innovation.

Décrivez-nous l’entreprise idéale ? 
Équitable : elle écoute tous les collaborateurs et accepte d’entendre les critiques dés lors qu’elles sont constructives. Elle organise des team building nécessaires à avoir les points de vue de chacun sur les différentes décisions qui sont prises par la gouvernance ou les managers.

Qu’est-ce qui pourrait la symboliser ou la personnifier ? (Œuvre d’art, musique, citation, sportifs, leaders, films, photos, etc.) – Citez-nous un exemple que nous publierons en tant que source d’inspiration pour la communauté.
Leaders : Martin Luther King, Mandela
Musique : L’évolution du jazz qui a su traverser les générations depuis son origine à nos jours.
Film : 2050
Sportifs : Alain Prost, Roger Federer
Oeuvre d’art : La Tour Eiffel

Comment agissez vous ou/et aimeriez vous agir au profit de cet idéal ? 
Avoir un minimum de pouvoir.

Quels sont, selon vous, les avantages d’utiliser le sport en entreprise ? 
L’avantage est de développer l’esprit d’équipe.




« Il est temps de vivre la vie que tu t’es imaginé. » Henri James.
Le temps est effectivement venu de concrétiser nos rêves : créer une entreprise humaine qui sera apprenante, collaborative et un territoire de bien-être. Construisons-la ensemble !
Vous aussi rejoignez la Cordée We Sport You (#LaCordéeWSY) et devenez les acteurs engagés de la conduite de ce changement.
Complétez le formulaire suivant accompagné d’une photo : http://tinyurl.com/LaCordeeWSY-Portrait

,

We Sport You « Soyez sport en affaires » via l’ESSEC

Version française : ESSEC Alumni Entrepreneurs = http://www.alumni.essec.edu/fr/magazine-fr/entrepreneurs/we-sport-you/
Version anglaise : http://www.alumni.essec.edu/en/magazine/entrepreneurs/we-sport-you-good-sport-good-business/  http://www.alumni.essec.edu/en/magazine/experts/forget-about-sport-in-company-its-now-all-about-sport-and-company/


Marjory Malbert (M12) a lancé l’agence de conseil en stratégie We Sport You avec l’ambition de donner une nouvelle dimension à la culture d’entreprise et aux pratiques managériales RH, notamment grâce au sport.
Marjory Malbert en est convaincue : dans le contexte économique actuel, les organisations doivent tendre vers de nouveaux paradigmes – se réinventer et chercher à devenir plus humaines pour assurer leur compétitivité et leur pérennité.

D’où son ambition : embarquer le plus de personnes possibles (sportives et non sportives) au travers de projets fédérateurs, transversaux et forts de sens pour inventer l’entreprise de demain – apprenante et collaborative, véritable territoire de bien-être, et par conséquent plus performante encore.

Un projet qu’elle défend avec We Sport You, qui accompagne les organisations (établissements d’enseignement supérieur, entreprises, collectivités…) dans la conduite de ce changement au travers de trois dynamiques : le bien-être, le management et la communication. En intégrant le sport comme un levier dans leur stratégie globale et sur l’ensemble du parcours du collaborateur, We Sport You met en œuvre un plan d’action sur-mesure accompagné d’une stratégie de communication globale, de conseils sur son financement et d’un suivi personnalisé pour que hommes et femmes soient au cœur de la réussite de la transformation des organisations. Avec un leitmotiv : « Penser clients, agir collaborateurs ».

 

  SOYONS CONNECTES

Parlons-en : +33 (0) 7 86 78 65 16 – contact@wesportyou.fr
Web : www.wesportyou.fr 
Twitter : @WeSportYou – LinkedIn We Sport You – Facebook : WeSportYou – Google + : WeSportYou – Instagram : WeSportYou
Nos événements « Sport & Entreprises »
  : WeSportYou

=> Retrouvez la Touch’ We Sport You